Le monde tel qu'il hait

Faut pas pussy !

Nadeja Tolokonnikova, membres du groupe Pussy Riot, a été envoyée en camp de travail dans la région de Mordavie (500km de Moscou). Les raisons de son emprisonnement ? Une « prière-punk » à l’encontre de Vladimir Poutine dans une cathédrale. Pour cette performance, elle est condamnée à deux ans de camp. Sur les réseaux sociaux, les fans et les supporters se révoltent. Garry Kasparov, ancien joueur d’échecs et opposant à Vladimir Poutine, les soutient via Twitter « les Pussy Riot représente des millions de Russes qui n’ont pas la liberté d’expression ». Le groupe d’art contestataire Vaina, d’où est issue Nadeja Tolokonnikova, écrit qu’elle est en route pour « le camp de l’enfer ». Anne Nerdum, responsable Russie d’Amnesty International estime que cela va même plus loin. Elle explique, dans un article de JOL Presse, que nous assistons à une re-soviétisation du régime russe «comme du temps de la dissidence soviétique ». Nadeja, la Pussy Riot, toujours emprisonnée en Mordavie
  • Saisissez votre e-mail :
  • 2014 : Actuanalyse comportementale, le nouvel album de Mykaïa, en vente sur ce blog