(re)Ensemble tout (re)devient possible

Coups de fil à la patte

Les enquêteurs, dans le volet financier de l'affaire Karachi, disposent d'extraits d'une conversation téléphonique, datée du 14 septembre 2011, entre Thierry Gaubert et Brice Hortefeux. Deux coups de fil qui remettent le feu aux poudres dans l'affaire Karachi. Lorsque Brice Hortefeux appelle le 14 septembre dernier Thierry Gaubert sur son portable, ce dernier n'a pas encore été interpellé, ni mis en examen. Pourtant, l'ancien ministre de l'Intérieur lui confie son inquiétude, comme s'il avait déjà eu connaissance de certains éléments de l'instruction. Et notamment de l'audition d'Hélène Gaubert. L'ex-ministre de l'intérieur explique à son ami que sa femme, la princesse Hélène de Yougoslavie, selon ses propres termes, «balance beaucoup». Six jours plus tard, le 20 septembre, Brice Hortefeux recontacte Thierry Gaubert sur son portable. Mais cette fois, Gaubert est en garde à vue. La conversation entre les deux hommes tourne court. Affaire Karachi : des interceptions téléphoniques mettent en cause l'ex-ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux
  • Saisissez votre e-mail :
  • 2014 : Actuanalyse comportementale, le nouvel album de Mykaïa, en vente sur ce blog